Producteurs

L'initiative semble très appréciée des producteurs qui ne perdent plus de temps à trier leurs récoltes. Mieux, ils arrivent à écouler la majorité de leurs produits, à moindres coûts puisqu'ils en jettent moins.

Distributeurs

 Les effets sur les producteurs sont regroupés autour du marketing et de la communication. En effet le label "quoi ma gueule" leur permet redorer leur image. Ainsi dans une logique de concurrence, tout consommateur aura intérêt à se tourner vers les distributeurs labélisant leur produit.

 

Consommateurs

Des économies pour le consommateur et pour le producteur

Ces fruits et légumes sont commercialisés sous l'étiquette "Quoi ma gueule ?". Des grandes surfaces des groupes Intermarché, Auchan et Monoprix les proposent à la vente à un prix de 20 à 30% moins cher que les autres. Pour l'instant, ces opérations ne concernent pas tous les magasins de ces marques mais devant le succès de ce nouveau label, des réflexions sont menées pour le généraliser au niveau national. Les rayons "moches" dans les supermarchés pourraient se multiplier.

Les avantages sont nombreux. Le prix moins élevé permet à plus de consommateurs de pouvoir acheter fruits et légumes frais qui, sinon, reviennent parfois trop cher à certains d'entre eux.

Le consommateur n'est pas le seul à faire des économies. Le producteur lui aussi s'y retrouve financièrement en pouvant vendre une plus grande partie de sa production et en évitant de payer les frais de destruction qui peuvent être lourds. En effet, les fruits et légumes qui ne correspondent pas aux normes de vente actuelles sont généralement détruits par les fournisseurs. Un exemple flagrant de gaspillage alimentaire pour répondre à des normes esthétiques.